La respiration longue et profonde

La base de tout est une respiration longue et profonde. Plus vous respirez longuement, profondément, plus votre mental se tranquilise, plus vos émotions sont fluides, plus vous contactez votre nature profonde, plus la vie coule en vous. Les bienfaits de 5 minutes de respiration longue et profonde, pratiquée en étant allongé sur le dos sont inimaginables. C'est un vrai nectar, un élixir de jouvence.

Vous verrez une grande différence dans votre stress et dans votre vie quotidienne. Pour l'avoir pratiquée tous les jours pendant un an, quand j'ai un moment de stress, c'est mon corps, tout seul, sans que j'aie à y penser, qui se met à respirer pour retrouver le calme et me centrer.

De même, pratiquer la respiration longue et profonde quand vous vous mettez au lit, aide à vous détendre, à faire le vide et à passer une bonne nuit. J'ai une amie qui, ayant eu le courage de se mettre à respirer tous les jours au moment de se mettre au lit, finit par supprimer les somnifères et sortir de sa dépression.

Voici quelques explications:

La respiration longue et profonde ou respiration yogique

«La respiration longue et profonde utilise la pleine capacité des poumons en utilisant les 3 loges des poumons :

-       abdominale ou inférieure

-       poitrine ou médiane

-       claviculaire ou supérieure

La respiration longue et profonde commence en remplissant l’abdomen, puis en développant la poitrine et finalement en soulevant les côtes supérieures et les clavicules. L’expiration est inverse : d’abord la partie supérieure se dégonfle, puis la partie médiane et finalement l’abdomen est tiré vers l’arrière et vers le haut, comme le point du nombril est tiré en arrière vers la colonne.

 

Expérience des 3 phases de la respiration longue et profonde :

-       abdominale

Laissez la respiration se relâcher jusqu’à un rythme normal et profond. Portez votre attention sur la région du nombril. Prenez une respiration lente et profonde en laissant le ventre se relâcher et se gonfler. En expirant, ramenez doucement le nombril vers la colonne et vers le haut. Gardez la poitrine détendue. Prenez soin de ne respirer qu’avec le bas de l’abdomen.

 Le muscle du diaphragme sépare la poitrine et la cavité thoracique de la cavité abdominale et des intestins. Le diaphragme est une feuille de muscles qui a normalement une forme de dôme. Quand vous détendez le diaphragme et étirez le ventre, le dôme s’aplatit et de l’espace supplémentaire est créé pour permettre le développement des poumons au dessus de lui. Quand vous expirez, le dôme est recréé et l’air du bas des poumons est poussé vers le haut et l’extérieur. Cette poussée permet d ‘utiliser efficacement la partie en bas des poumons.

 Placez une main sur le nombril et une au centre de la poitrine. Sur l’expiration, abaissez la main qui est sur votre nombril. Sur l’inspiration, soulevez la vers le plafond. Avec l’autre main contrôlez votre poitrine afin qu’elle reste immobile et détendue. Vous constaterez très vite quels sont les muscles impliqués dans ce mouvement.

 

-       respiration thoracique

Asseyez-vous droit et gardez le diaphragme immobile. Ne laissez pas l’abdomen s’étirer. Inspirez doucement en utilisant les muscles de la poitrine. La poitrine se gonfle en utilisant les muscles intercostaux. Faites cela doucement et concentrez-vous sur la sensation d’expansion. Expirez complètement sans utiliser l’abdomen. Comparez la profondeur et le volume de cette respiration avec la respiration abdominale seule. Si vous placez vos mains sur es parties supérieures et inférieures de vos côtes vous pouvez ressentir comment les côtes inférieures bougent davantage que les supérieures. Ce sont les côtes flottantes qui ne sont pas fixées comme les supérieures au sternum. Donc, la plus grande partie de la contribution des côtes et des muscles intercostaux provient d’une expansion latérale des côtes inférieures.

-       Respiration claviculaire

Assis droit, contractez le nombril vers l’intérieur et gardez l’abdomen tendu. Soulevez la poitrine sans inspirer. Maintenant inspirez doucement en gonflant les épaules et les clavicules. Expirez en gardant la poitrine soulevée.

 

-       Les 3 étapes ensemble

Chaque étape de l’expansion de la respiration est distincte. En combinant les 3 on obtient la respiration longue et profonde.

Asseyez-vous droit. Si la colonne est dans une position équilibrée, les côtes et les muscles peuvent bouger librement.

Commencez l’inspiration avec la respiration abdominale. Puis ajoutez la respiration thoracique et enfin la claviculaire. Les 3 sont réalisées dans un mouvement doux.

Commencez l’expiration en relâchant les clavicules, puis en vidant lentement la poitrine. Finalement, tirez l’abdomen vers l’intérieur pour forcer l’air restant à sortir.

 

Bénéfices de la respiration longue et profonde

-       Détend et calme, du fait de l’influence sur le système parasympathique.

-       Accroît le flot du prana, énergétise et vitalise

-       Réduit et prévient l’accumulation des toxines dans les poumons en favorisant le nettoyage des petits sacs d’air (alvéoles).

-       Stimule la production d’endorphines qui aident à combattre la dépression

-       Amène le cerveau vers un nouvel état d’attention

-       Pompe le fluide céphalo-rachidien vers le cerveau donnant une plus grande énergie

-       Stimule la sécrétion de l’hypophyse, ce qui accroît l’intuition

-       Revitalise et réajuste le champ magnétique

-       Nettoie le sang

-       Régule le pH corporel (équilibre acido-alcalin) qui influe sur la capacité à gérer des situations stressantes

-       Aide à relâcher les blocages dans les méridiens énergétiques

-       Active et nettoie les canaux nerveux

-       Accélère la guérison émotionnelle et physique

-       Aide à briser les schémas inconscients habituels de comportement

-       Aide à lutter contre les accoutumances

-       Recanalise le conditionnement mental passé sur la douleur de façon à la réduire ou à l’éliminer (par exemple celle de la naissance)

-       Donne la capacité de gérer la négativité et les émotions en confortant la clarté, la faculté à garder la tête froide et la patience.»

 

Vous pouvez inspirer en pensant SAT et expirer en pensant NAM pour donner encore plus de poids à votre respiration, canaliser votre mental et ne plus vous laisser distraire par lui, pour créer un rythme qui apporte la stabilité.

Article précédent
La fréquence respiratoire